Accueil > Actualité > En bref > International > Évangile vécu : Prof derrière les barreaux

    Évangile vécu : Prof derrière les barreaux

    vendredi 24 novembre 2017

    La Parole de Vie de novembre indique le service comme étant un style de vie à contre-courant. Le témoignage de Françoise, enseignante de mathématiques dans le collège d’une prison pour adultes.

    Après un cours pour professeurs dans les prisons, Françoise entre en classe pour la première fois. « Je pensais qu’un gardien m’aurait assistée, mais le seul qui était de garde devait contrôler une dizaine de cellules en même temps que d’autres secteurs.
    Le deuxième jour je me suis dit : « Je ne peux pas continuer comme ça ! Si j’ai peur, ça ne sert à rien que Dieu m’ait envoyée ici ! A partir de ce moment-là je me suis sentie libre d’aimer. J’ai essayé de voir dans les détenus uniquement des personnes habitées par Jésus ».

    Commence alors pour Françoise un voyage. Pas tellement un aller-retour entre un lieu ouvert et un autre fermé, mais un voyage au cœur de nombreuses histoires, pleines d’humanité, d’erreurs, d’angoisses … avec la volonté de vouloir reprendre en main le fil de sa propre vie.
    Départ d’un dialogue profond, dans le respect des rôles. « J’essayais de préparer au mieux les cours, pour les rendre attrayants. Je savais que Jésus était à mes côtés, même en prison. A l’heure des sciences j’ai commencé à expliquer l’anatomie et le rapport entre les organes et les appareils biologiques. Par la suite, les détenus ont commencé à réduire le nombre de cigarettes, à abolir petit à petit l’utilisation de tranquillisants et à profiter du soleil durant les heures de sortie ».
    “En plus de la difficulté d’enseigner à des étudiants de différents niveaux de préparation – explique Françoise – des problèmes de tout genre s’ajoutaient, l’écho des grilles, la présence intermittente des étudiants, le va et vient continuel entre les prisonniers et ceux qui n’étaient pas du cours. A ce point, je devenais de plus en plus attentive à ceux qui se trouvaient face à moi. J’aurais pu ne plus jamais les revoir ».

    Ermal est un garçon albanais d’une intelligence aiguë. Françoise lui fait cadeau d’une interview du pape François sur sa relation avec les détenus. Depuis ce jour un profond dialogue commence sur Dieu et sur la prière. En peu de temps, Ermal obtient de brillants résultats à l’école.

    « A Noël – continue le récit de Françoise – nous avons été invités à participer à la messe de la veillée. J’étais la seule, les autres professeurs étaient allés à celle que l’on célébrait pour les « protégés ». On ne s’était pas mis d’accord. Parmi les présents il n’y avait pas uniquement des chrétiens, mais aussi des musulmans et d’autres sans aucune conviction religieuse, quelques-uns enfermés pour des fautes graves. L’évêque s’est exclamé : « Vous n’êtes pas la faute que vous avez commise, vous êtes des personnes. La faute regarde le passé, maintenant regardons l’avenir avec espérance ».

    En janvier Ermal a obtenu la résidence surveillée. Mais durant cette période la bande, qui était à l’origine de ses ennuis, l’a recontacté. Nous ne pouvions plus entrer en rapport avec lui et encore moins avoir son adresse. Je le confiais tous les jours à Marie, lui demandant de le faire revenir au moins à l’école.
    Deux mois plus tard, à cause de son évasion de domicile, Ermal est retourné en prison ! Pour nous c’était une « bonne nouvelle » et l’occasion pour lui de continuer ses études. Peu après il a passé brillamment l’examen du Brevet. La Présidente de la commission lui a dit : “Tu le sais que tu as de bonnes capacités ? Que penses-tu faire dans le futur ? » Étudier, a-t-il répondu, pour aller à l’université”.
    “Après une année d’école, je peux dire que j’ai connu un autre monde, une sorte d’univers parallèle. Mon cœur s’est élargi, ma manière de penser a changé. Tant de choses me semblaient nécessaires « dehors », mais dans une vie pleine de privations elles ne le sont plus, ou bien elles ont pris une autre dimension ».

Tags populaires